1

La Coise coule lentement sous un manteau d’arbres qui se mirent à sa surface.

Partir à la recherche de la source de la Coise, constitue une très belle promenade au cours d’un après-midi. Que l’on parte de Chazelles ou d’un autre village alentour, il faut rejoindre Saint Christo-en-Jarez, magnifique petit village, à partir duquel on va à la rencontre de cette rivière mythique des Monts du Lyonnais qui les traverse de long en large.

La Coise prend sa source dans la Loire, au hameau du Poyard à 850 m. d’altitude, sous le lieu-dit Grange Gauthier entre Marcenod et Saint Romain en Jarez, mais sur cette commune. On est au dessous du Crêt Malherbe qui s’élève, à l’est, à très peu de distance, à 946 m. C’est le point culminant des Monts du Lyonnais. Ce sommet enchapeauté d’une forêt sous laquelle grimpent de beaux paturages, est tout sauf impressionnant. Il respire le calme et la discrétion, animé par de nombreux troupeaux de belles vaches laitières.

Pour arriver à Saint Christo en Jarez, on peut passer par Chevrières puis Fontanès.

2

Le village de Chevrières. L’église derrière les arbres, le château.

Chevrières vaut le détour avec une très belle et ancienne église mélant l’art gothique et renaissance au milieu d’arcs plein-cintres ou ogivaux, regorgeant de chapiteaux et de piscines sculptés. On y trouve de beaux vitraux très colorés. Saint Maurice et son étendard veillent sur l’édifice. Nous sommes, dans ce village au cœur de la petite Vendée. Chevrières était la capitale du petit roi de Chevrières, Antoine Croizier, qui, sous la révolution, cachait les royalistes et les prêtres dissidents, assurait la pratique du culte avec un clergé non assermenté, dictait ses propres lois. On retrouve sur la place du village, sous forme d’enseignes commerciales, les traces de ce passé glorieux qui n’a cessé qu’après l’envoi massif de troupes révolutionnaires et bien après que Javogue, guillotiné en 1796, eut tenté plusieurs fois mais sans succès de mater ces provocations. On peut trouver l’histoire de cet homme dans sa biographie écrite par l’abbé Signerin, un spécialiste de l’histoire de Chevrières.

Pour aller ensuite à Fontanès on emprunte une route magnifique qui offre un panorama époustouflant sur les Monts du Forez à l’ouest, les monts de Tarare au Nord et ceux du Vivarais au sud. On peut s’arrêter notamment à La Gayette vers le Fulchiron : une Vierge monumentale trône sur un bâtiment fermé, du pied duquel on jouit d’une vue exceptionnelle à 360° sur toute la région.

3

Une Vierge sur sa tour à La Gayette: un panorama exceptionnel!

Le village de Fontanès est très joli avec ses maisons en pierre de pays, d’aspect typiquement montagnard, avec son église, ses ruelles, ses croix, ses abreuvoirs, son château médiéval et son pigeonnier avec un très beau parc qu’il faut visiter. cette bourgade mérite aussi un arrêt.

A la sortie du village un petit chemin à gauche peut vous emmener au-dessus du bourg. On y découvre une vue superbe sur le massif du Pilat au sud-est et la chaine des Alpes avec le Mont Blanc à l’est. En redescendant, on voit tout Fontanes accroché à sa montagne.

403-3088014-8977944-credit-note

Le village de montagne: Fontanès

On continue la D6 vers Saint Christo-en-Jarez, à flanc de coteaux . Le village apparait bientôt, en bas de la route, sur la droite avec son beau clocher élancé.

5

Saint Christo en Jarez regarde le massif du Pilat

Dans le village, il faut prendre la D23 en direction de Larajasse et Marcenod sur la gauche. On quitte la vue sur le massif du Pilat pour découvrir à nouveau la Côte de Duerne et les Monts de Tarare dans le fond. On poursuit cette route après le carrefour qui mène à gauche sur Marcenod et à droite sur Saint Romain en Gier. Le hameau du Poyard est annoncé dans la direction de Larajasse. Sous le crêt Malherbe situé à gauche, on prend le chemin qui mène à Grange Gauthier à droite.

6

Le crêt Malherbe

On laisse la route sur la droite qui mêne à ce lieu-dit en continuant le chemin vers le hameau du Poyard que l’on trouve après quelques virages. On le traverse en direction des serres que l’on voit devant soi et on arrive à la source de la Coise qui se trouve un peu en hauteur dans un champ, au-dessus d’une petite pièce d’eau sur la droite du chemin. A gauche on voit la rivière, petitement formée, fraichement coulante, qui court dans un vallon verdoyant.

7

La Coise vient de sortir sous le chemin et coule en direction de Saint Catherine-sur-Riverie

L’eau emet un petit bruit rafraichissant : elle est déjà en contact avec quelques obstacles qu’elle saute allègrement. Son tracé est orienté vers le nord-est en direction de Saint Catherine-sur-Riverie et vers le Rhône.

video

Une video à ouvrir en cliquant sur l’image…

Nous sommes à une centaine de mètres de la limite départementale de la Loire et du Rhône et très près de la ligne de séparation des eaux Atlantique/Méditerranée qui se trouve sur Saint Romain en Gier.

Derrière quelques meules de foin laissées à l’abandon un magnifique faisan doré et ses poules faisanes d’accompagnement sont venus se cacher, après s’être desaltéré à la source et avant de retourner dans le champ de maïs tout proche. Joli spectacle !

8

Un faisan et ses poules se désaltèrent à la source de la Coise….

En repartant en direction de Lamure sur la route de l’Aubépin on repasse dans le hameau du Poyard et l’on trouve sur une ancienne facade faite de pierres locales, une croix faite de vieilles bouteilles incluses dans la maçonnerie comme on le voit souvent sur les anciens murs en pisé. Mémoires d’hier inscrites sur des papiers et enfermées à vie dans ces bouteilles qui retiennent ainsi les noms des propriétaires et des constructeurs du moment…Bel exemple de patrimoine.

9

Remarques, remerciements, et prières avec et dans des bouteilles incluses dans ce vieux mur de pierres

Tout au long du chemin on aura croisé des éléments remarquables de ce dernier et concernant les Monts du Lyonnais :

Paysages de crêts et de vallons sur lesquels on retrouve ces nombreux troupeaux de vaches laitières…

10

De nombreux paysages verdoyants et vallonnés…

Fermes en U typiques d’abord en pisé jusque vers 700 mètres d’altitude, puis en pierres locales de ton plutôt rosé…

11

Une ferme typique des Monts du Lyonnais en pisé

Pièces d’eau…

12

Un point d’eau, une « pêchure »

Et bien d’autres choses encore qui rendent unique cette région.

Sans titre 1

Le trajet emprunté

Bonne promenade et agréable recherche.