croix m

Chazelles, qui possédait autrefois une commanderie de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem, fondée en 1148 par Guy II, comte de Forez, avait une situation religieuse assez particuliere, liée aux statuts de cet Ordre modelés sur la règle de saint Augustin et dictés notamment par Raymond du PUY, premier supérieur de l’Ordre. Celui-ci était divisé en trois classes :

-ceux qui tenaient les armes : chevaliers et sergents

-les prêtres et les chapelains destinés à assurer l’aumônerie

-les autres frères servants assurant le service : frères d’offices

Dans la seconde classe, les chapelains assuraient les fonctions ordinaires attachées à leur état dans l’église et auprès des malades (nous sommes dans un Ordre d’Hospitaliers), mais ils étaient aussi obligés de servir d’aumôniers sur les bateaux destinés aux Croisades et sur les terrains de bataille. Les prêtres d’obédience, qui avaient prononcé des vœux solennels, étaient nommés  au service d’une église dépendant de l’Ordre, sous l’autorité du commandeur qui faisait office de curé ou du grand prieur.

Chazelles était ainsi desservi par un prêtre de l’Ordre, vicaire perpétuel, qui était nommé et rétribué par le Commandeur qui était curé.

On peut dresser la liste de tous les prêtres depuis environ 1297

Le 1° répertorié : Frère Jean ARONDI

1342 : Frère Vincent BONNET

1437 : Frère Mathieu VILLANI

1463 : Frère Symphorien CHAMPIER

1484 : Frère François de BALZAC

1508 : Frère Pons LAURENCIN

1525 : Frère Mathieu BOYER

1584 : Frère Jean GROS du PIN

1586 : Frère Annet du BOST

1615 : Frère Annet FAURE

1625 : Frère Simon FAURE

1631 : Frère Jean CROZET

1640 : Frère Daniel CHAUMONT

1642 : Frère Claude CHANAL. Il est dit le concernant qu’il a été curé de Chazelles, religieux de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et a été inhumé dans l’église le 18 février 1709 à l’âge d’environ 90 ans

1670 : Frère Pierre. M. CHAUME

1689 : Frère Claude ROBERT

1694 : Frère Joseph FOURNEL, docteur en théologie, inhumé dans l’église

1710 : Frère Jean-Baptiste COSTE

1729 : « x » BLETERNAZ  (?) à confirmer

1731 : Frère Jean-François CAMIER, docteur en théologie

1743 : Frère François COCHARD, licencié en droit civil et droit canonique, inhumé dans l’église en 1784.

1772 : Frère Romain PHILIPPON, inhumé dans l’église

1784 : Frère Joseph-Marie BOSSU

 barret

1785 : Marcellin COULARD-DESCOS, vicaire nommé, puis curé assermenté. Á son sujet, c’est lui qui est chargé d’assurer la transition après la fuite du commandeur en 1789. Il est donc curé de Chazelles à l’entrée de la  Révolution, il prête, lui, serment mais est arrêté en 1793 et incarcéré sur l’île de Ré . A son retour en 1795, il est en compétition avec J.F. JOMAND, curé de Maringes, lequel, au péril de sa vie, a continué à assurer en cachette le service religieux et paroissial à Chazelles. Il célébrait la messe dans une ferme proche de La Tour, un quartier de la ville (anciennement Saint Romain le Vieux) à la sortie de Chazelles. De source bien informée et par transmission familiale, cette ferme était très certainement celle de Montalègre, juste avant La Tour, où venait d’arriver en provenance de Saint-Médard, Laurent Berne. Le curé avait été recherché dans cette ferme par les troupes de Javogue qui avaient mis à sac la grange, le foin avec des fourches et les écuries pour le retrouver. Il se trouvait alors à La Thivillère, une autre ferme, pour aider à la fenaison. Beaucoup de lieux ont été évoqués concernant ces messes cachées et notamment la ferme de Bellecroix mais aussi la chapelle du château de la Rouillère appartenant à la famille Pupier de Brioude. La version proposée plus haut est digne de foi et correspond au moins pour le nom de famille à la version d’Hyppolyte Bourne. Au retour du curé COULARD, s’installa à Chazelles un systême de messe double autour d’une population à priori partagée entre deux lieux de cultes dont l’un en dehors de l’église.

Après le Concordat, en 1801, Marcellin COULARD, confirmé dans ses fonctions de curé de Chazelles, ne pourra reprendre sa place en raison de l’opposition de la population. Il sera alors nommé à Saint-Bonnet-les Ôules.  Le curé JOMAND restant à Maringes.

1801 : « x » FOURNEL (doit démissionner!)

1807 : Jean-Baptiste GALLAND, Grande figure de Chazelles. Chanoine Honoraire de la Primatiale Il a réorganisé la paroisse après la Révolution. Il a ouvert l’Hôpital et les Ecoles, agrandi l’église et construit son clocher. Il était originaire de Cluny. Né en 1756 et mort en 1845, il a laissé de très nombreuses traces de son passage. Il était d’une générosité sans pareil. Toute sa fortune, évaluée à 40.000 francs-or, a servi aux bonnes œuvres. Il est mort sans argent et a été inhumé à l’époque au milieu de la grande nef de l’église.

1845 : Henri THEVENET, né à Monsols, mort à Chazelles à 53 ans. A donné beaucoup à l’hôpital. On lui doit plusieurs vitraux de l’église. enterré au cimetière sous la Croix.

1857 : Antoine-Marie-Vincent BRUXELLES,  né à Tarare, curé de Monsols, décédé à Lyon après s’être retiré.

1868 : Benoit OLLAGNON, enterré au cimetière sous la Croix.

1884 : André MOYNE, il a été à l’origine de la réorganisation des Ecoles Libres. Les Frères Maristes partent de la Rue du Tourteron pour la Rue de Lyon. Enterré au cimetière sous la Croix.

1890 : Jean-Baptiste LAFOREST, venu de la paroisse de Ste-Foy l’Argentière, décédé brutalement en 1903 d’une fracture. Enterré au cimetière sous la Croix.

1903 : Félix RAMBAUD, ancien curé d’Ouroux il a construit l’Ecole libre des Filles sur le Boulevard du Nord.

 1914 : René GAUTHIER, venu de la paroisse de Saint Jean Bonnefond, devenu ensuite aumonier de la Visitation à Saint-Etienne en 1922, Chanoine honoraire d’Autun.

1922-1950 : Jacques PLANCHET, venu de la paroisse de Savigneux: c’est aussi une grande figure de Chazelles. Il fut Archiprêtre, Chanoine honoraire de la Primatiale, il a construit la Maison d’œuvres Jeanne d’Arc, l’Ecole des Frères. Il a restauré l’église:  amené l’orgue et construit la tribune et fait placer les vitraux de Jean Coquet. Décédé en 1956, il est enterré au cimetière, sous la Croix. Il est resté curé de la paroisse de Chazelles jusqu’en 1950, donnant sa démission pour devenir aumônier de l’Hôpital où il est décédé.

cure

1950-1963 : Père PERRIN

1963-1968 : Père Henri VANEL

1968-1992 : Père Jacques DESFAITS

1993-1998 : Père Guy de CHABANOLLES (inhumé au cimetière de Chazelles en 2017 † 24-10-2017 à 88 ans)

Guy VIALLA (Philippe BRUNEL)

Jean Luc SOUVETON

2002-2005 : Père Bruno CORNIER

A partir de  septembre 2012, le curé est remplacé par l’administrateur paroissial qui dirige une équipe d’Animation Pastorale. c’est le cas de;

2005-2013 :  Père Jo EPALLE, pour une patie de son mandat.

2013- à ce jour : Père Jean-Jacques THIVILLIER 

 

Les Vicaires

C’est à partir du curé GALLAND que l’on voit apparaitre les vicaires. Sans les nommer tous, on évoquera ceux de

Félix RAMBAUD,

avec François COLLARD, parti en 1907 curé de Bussières, Antoine VERICEL parti en 1919 à Lyon, Auguste COMBY, parti en 1914 curé de Saint-Clément-de-Vers, Louis JACQUET parti en 1913 puis curé de Ternand, l’abbé RIBEYRON très impliqué dans les jardins ouvriers et le syndicat CFTC

René GAUTHIER,

avec Pierre VIALA, parti en 1919 comme curé de Pommiers, Joseph DEVAUX, parti en 1926 comme curé à Saint Bonnet les Ôules, Maxime MAUBUISSON, parti en 1920 à Terrenoire

Jacques PLANCHET,

avec Antoine REYMONDIER jusqu’en 1927 parti ensuite à l’église de Montaud de Saint-Etienne, Jean-Claude CHANFRAY arrivé en 1926, Jean THORAL en 1927, Louis LABROSSE arrivé en 1935, mobilisé en 1939 puis rentré sur Chazelles et devenu un résistant de la 1° heure avec Ferdinand MIRABEL ( il est parti en 1950, nommé plus tard curé et chanoine à la paroisse de La Nativité de Villeurbanne). Il avait créé, aidé  par l’abbé Emmanuel DUMAS, arrivé en 1948, les colonies de Laussonne puis du Plagnal et de Chazelles-sur-Lavieu. Ces deux derniers avaient aussi relancé les kermesses paroissiales après guerre.

Merci de nous aider à compléter ou à corriger les erreurs.