Nouq partons dans un endroit perdu à la campagne, suffisamment isolé et pittoresque, avec une belle lumière et qui « tape » dans l’oeil de l’artiste. Albert Néel aime aussi le coté unique et insolite de ses paysages, selon ses dires. Ce reste de grange au lieu-dit « Les Eventails » sous la Margassière, sur la route de Bellegarde depuis Chazelles, lui plait. On voit la ville sur la ligne d’horizon, son clocher et ses cheminées.

P1130331a

P1130337a

 

 

 

 

 

Cette bâtisse tient-elle encore par le toit? Elle n’a plus d’usage ni de fonction, elle donne du volume à ce paysage.  Un arbre la protège ou tient-il de fondation?

P1130333a

La grange des Eventails

C’est cette grange que choisit Albert Néel. Il est sur le terrain et ramasse sur son cahier les nombreux éléments de dessin qui lui permettront de dresser son tableau.

P1130329a

Albert Néel sur le terrain: Les Eventails Octobre 1980

Il crée son oeuvre à l’atelier, ajustant les derniers détails.

P1130327a

Albert Néel dans son atelier en novembre 1983. (Photo montage pour le tableau PM)

Voici la grange des Eventails, cette bâtisse oubliée depuis longtemps et que l’on ne « voyait » plus, revivre sous le pinceau.

premier pont

La grange aux Eventails d’Alber Néel

Le temps a poursuivi son oeuvre, la grange a bientôt disparu, seul reste ce tableau plein de lumière: une pièce de patrimoine.