Voici quelques cartes postales que nous commente Marie-José Gillet, en complément à l’article qu’elle a publié dans la revue Le Petit Lapin Agora de ce mois de Janvier 2023.
Vous retrouverez toute l’histoire de l’église de Chazelles dans un article de Pierre Mathieu (mai 2015) en cliquant ici .

Dessin Chavagneux

Eglise paroissiale, tour carrée (donjon) de la commanderie et dépendances avant les démolitions de 1881. (Dessin de M. Chavagneux)

Eglise 1926
Eglise Chazelles

Les trois portes, en chêne massif, datent des années 1930.
Elles ont été réalisées par les Ets Juillet (ébénisterie menuiserie de Chazelles).
Elles comportent de remarquables ferrures et, au-dessus, des ferronneries exécutées par l’Ecole de la Mache de Lyon.

Eglise Chazelles 2

Sur le mur de l’église : les panneaux d’affichage et le baromètre.
Sur les bâtiments de gauche : le trappon détruit pour ouvrir une rue.

Eglise baromètre
Eglise Chazelles rue Processionnelle

On note nettement l’agrandissement de 1827 : les chapelles côté rue Chamoine Planchet.
Les plans et les devis ont été réalisés par Etienne Trabucco, architecte-voyer de Montbrison
et les travaux exécutés par Mr Chaize de Bessenay.
Il n’y a pas encore les vitraux.

Eglise Chazelles
Eglise Chazelles commanderie

A l’extrémité côté droit on repère un mur de l’ancienne commanderie avant démolition.

Eglise Chazelles

Après démolition des derniers vestiges de la commanderie, construction de la sacristie actuelle.

Eglise Chazelles

L’Office du Tourisme a remplacé le café Villard ; c’est aujourd’hui le magasin de fruits et légumes.

Eglise Chazelles

Années 1960 : Sur la droite de l’image,
le commerce de vêtements de la famille Brizé-Blanc.

Eglise Chazelles

1926

……….

Eglise Chazelles intérieur

Eglise Chazelles intérieur

1915

Eglise Chazelles intérieur

1947

Eglise intérieur actuel

Intérieur actuel

Suite au concile Vatican II (1962-1965), l’intérieur est complètement transformé (suppression de la chaire et de nombreuses statues, remplacement de l’autel…) .
Les travaux de rénovation ( pose d’un dallage et d’un escalier en pierre de Comblanchien dans le cœur, pose d’un nouvel autel en pierre calcaire du Gard…) sont confiés à Louis Bernard, architecte des monuments historiques.

………..

A la révolution, 4 des 5 cloches ont été fondues pour en faire de la monnaie ou des canons…
Seule “la grosse cloche” resta en place et servait sans doute à sonner le tocsin en cas d’alertes de toutes natures.

La grosse cloche, encore en place aujourd’hui, date de 1590.