facade

L’origine de la ville de Chazelles est encore inconnue et soumise à des hypothèses aussi multiples que celle de son nom. Le peuple gaulois des Ségusiaves est évoqué: il  a occupé tout le Forez, est à l’origine de Feurs (pour « Forum Segusiavorum ») leur capitale.  Mais rien n’est sûr et Hippolyte Bourne* avec d’autres auteurs évoque la présence de Sarmates, une peuplade nomade eurasienne recrutée par les romains colonisateurs pour occuper la région. Ces mercenaires venus de l’Est seraient ainsi à l’origine de la dénomination de  villages tout proches: Meys ou « Matitza » et Pomeys voulant dire dans leur langue « vers Meys ». Après le départ des Romains, ce sont les Burgondes qui ocupent le pays avec la formation du Forez, du Jarez et du Roannais. Puis ce sont les Francs avec les fils de Clovis qui arrivent au VI° siècle. Les armées sarrazines traversent ensuite le Forez. Les tentatives d’unification du pays par Charlemagne sont un échec et la région tombe en léthargie jusqu’à l’avènement des seigneuries contemporaines  de la chute de l’empire carolingien avec un archevèque de Lyon et un Comte de Lyon et Forez (issus de la même famille) au X° siècle. Ce dernier obtient de pouvoir transmettre sa charge ce qui entraine le début d’une lutte centenaire entre comtes de Forez et archevêques de Lyon qui se « termine » sans vraiment s’arrêter avec la « parmutatio » de 1173 où les belligérants, l’archevêque de Lyon Guichard de Pontigny et le comte du Forez Guy II, s’échangent les possessions qu’ils ont de part et d’autres du Rhône et de la Saône. En outre est créée une zone démilitarisée entre les deux territoires  dont la ligne de démarcation correspond à peu près à celle en vigueur aujourd’hui entre les départements du Rhône et de la Loire. Cette zone s’étend jusqu’au Jarez et au Gier. Guy II installe des « soldats de la paix » à Chazelles: les Chevaliers de Saint Jean. C’est la force de maintien de la paix onusienne avant l’heure!

Le farlot s’est donc fait dans un mélange savant de différents apports avec assimilation de populations de diverses origines pour former une ville homogène fière de ses origines. C’est ce que l’on apprenait il y a 70 ans aux jeunes élèves préparant le certificat d’étude. En 1945  il y avait une jeune petite chazelloise qui était assise sur les bancs de l’école des filles du Boulevard du Nord. Elle s’appelait Janine DUMAS et avait pour maitresse une certaine « Mademoiselle » qui assurait l’enseignemant notamment de l’Histoire. Janine se souvient parfaitement de ce professeur et a gardé le cahier qu’elle tenait alors. Elle nous l’a confié un moment pour le reproduire. Il est extraordinaire.

En quelques pages on en apprend plus sur Chazelles qu’en quelques semaines des recherche. On est admiratif devant la tache proposée: découvrir l’histoire de son pays avec ses origines. Il ne faut pas oublier que tout cela s’adresse à des enfants de 10-11 ans. Quelle chance à eu notre petite Janine d’avoir un tel enseignement. C’est un bel exemple d’exercice à offrir aux jeunes générations.

Après avoir ouvert le fichier PDF qui reproduit d’un coté le cahier de Janine et de l’autre permet une lecture du texte plus aisée dans des encarts avec des dessins qui sont probablement ceux proposés par la maitresse pour les dessiner, après avoir appris beaucoup, découvert énormement, compris facilement (nous vous recommandons le plan des enceintes de la ville parfaitement explicite) cliquez sur le bouton SON NOM et vous découvrirez l’identité de cette merveilleuse enseignante.

Pour ouvrir le PDF cliquez sur le lien  ci-dessous:

L’HISTOIRE DE CHAZELLES

Pour découvrir notre Maitresse cliquez sur le lien ci-dessous:

SON NOM

*Pour lire de façon plus approfondie l’histoire de Chazelles, n’importe quel Farlot ou amoureux de la ville vous suggèrera le livre de Hippolyte BOURNE:  « Histoire de la ville & de la commanderie de Chazelles-sur-Lyon ».