fam

Au jardin public en 1947: l’auteur en 3° depuis la gauche avec frère et soeurs

Mon enfance a été bercée par le bruit des sirènes aux entrées et sorties des usines de chapeaux, par le bruit et les nuages des machines à vapeurs, par l’odeur et la chaleur du mâchefer, par la grandeur des cheminées alentours.

Tout était chapeau. De mémoire je n’ai jamais vu mon grand-père, mon père ou ma mère sortir sans chapeau. Il y avait comme un rite : la tête devait être couverte. Pas un crane nu ne voulait injurier le paysage : le curé et sa barrette, le cantonnier et sa casquette, les employés de l’eau, du gaz ou de l’électricité et les leurs, le garde-champêtre et son képi, les gendarmes et le leur, le marchand de journaux et sa casquette, les cloches ornées par ces dames, et les feutres de ces messieurs, ouvriers, paysans ou notables se côtoyaient sur la place du marché en semaine le mardi et le vendredi, à la sortie de l’église le dimanche. On y rivalisait d’élégance au son des campanes et bourdon d’airain logés tout là-haut dans le clocher derrière leur brise-vue et frappés sans restriction par leurs battants.

10-clocher-chazellesa (2)

Peinture du clocher par Jean Paul Ravachol

Pas une rue sans un petit atelier qui ne soit pas en rapport au chapeau : poils, cuirs, rubans, teintures ou cartons. Tout le monde vivait de cet accessoire, petit climatiseur du cerveau, rivé au crâne du chazellois urbain et campagnard.

J’ai toujours entendu que la fabrication du feutre à Chazelles remontait à l’installation de Chevaliers de Malte retraités dans cette commune. Ces mercenaires des Croisades avaient remarqué que les cavaliers orientaux, en urinant sur leurs chevaux, parce qu’ils ne voulaient pas en descendre pour pourchasser l’adversaire sans relache, transformaient le poil des bêtes montées à cru  en un zone dorsale tannée et feutrée. Ils auraient alors importé ce secret de la transformation du poil par l’acidité de l’urine. Une telle explication de la fabrication du feutre était si simple et si épique ! Il suffisait donc d’uriner sur des poils de lapin pour faire un chapeau, retenait l’enfant que j’étais ! C’était ce fameux « secret » additionné plus tard d’un peu de vif-argent flamand ! Cela convenait: surtout quand l’explication sortait de la bouche de personnes âgées respectables. Né place Poterne, mais ayant fait ma première fugue à quatre pattes dans la cour du Château puis mes premiers pas dans la rue des Chevaliers de Malte, j’étais déjà, bien évidemment, très largement ouvert à cette vision très « exotique » de la naissance de l’industrie du chapeau au pays des «Farlots».

cav

Cavalier oriental à crû

Mais en grandissant, vous découvrez intuitivement ce qui est effectivement nécessaire pour la fabrication du feutre de poil animal  car tous ces éléments sont dans votre ambiance journalière. Peaux de lapin séchées, grands réservoirs d’eau propre, immenses bassins d’eaux usées, gros tas de charbons, interminables cheminées de briques rouges qui montent percer le ciel, alignements de tilleuls dans les rues,  mêmes arbres dans les cours et les jardins, mais aussi cuirs aux couleurs variées, sacs de poudre blanche à l’odeur d’urine, pots remplis de ce métal liquide aux couleurs d’argent : le mercure [1].

mercure

Image de mercure (Le Fil 50, Université Laval (Canada))

A Chazelles on faisait tout  pour le chapeau et petits nous étions entourés de nombreuses fabriques, au moins une vingtaine, qui fonctionnaient à plein régime. Qui ne travaillait pas chez Flechet, Morreton, France, Blanchard ou Beyron, Ferrier ou Croizier, Ecuyer et Thomas et bien d’autres encore, chez les teinturiers comme Montserret, les cartonniers comme Bazin ou Montard, les doreurs comme Chavot ou Malmenaide [2]? La vie s’établissait autour de ces usines à chapeau mais aussi autour de ces artisans ou de ces petites entreprises de mécanique industrielle comme Bruyère-Brosse qui réalisaient la fabrication, l’amélioration et l’entretien des machines-outils. L’ouvrier y gagnait bien sa vie mais il est vrai dans la sueur jamais assez compensée par des boissons… même abondantes !

On oublie trop souvent aujourd’hui qu’il y avait aussi la célèbre usine de bougies KLG, têtes électriques pour chapeaux de bakélite fermant les cylindres des moteurs de voitures. Cherchons la similitude! Elle s’arrête là… car, à Chazelles, ne pas travailler le chapeau était un handicap. Ce n’était pas «classe» de travailler «aux bougies». Et pourtant le travail y était aussi pénible autour des fours à céramique et à métaux… qu’à la chaleur et la vapeur des fouleuses et qui plus est, sans cet esprit de compagnonage qui aidait constamment l’ouvrier chapelier.

Le lapin, à Chazelles, était roi. Chaque maison avait son clapier. On y élevait ces glires dédiés au fameux civet du dimanche lors des repas de famille. Tout petit, on croyait bien sûr qu’il n’y avait de bons «pinpins» qu’à Chazelles et que cette production locale abondante suffisait à nourrir les usines.

Nous étions nous-mêmes en charge, plus ou moins régulière, d’un lapin baptisé et logé chez le grand-père avec cage nominative au clapier où, à côté d’une herbe séchée à l’odeur de foin, trônait par ailleurs la chaudière à patates pour le cochon avec son conduit en tôle pour éliminer les fumées. «Lucien», «Pierre», «Antoine» ou «Jean» étaient pourtant régulièrement destinés à la casserole malgré nos pleurs passagers. Nous assistions au moment fatidique, après un choix lié à la taille, au «coup du lapin», à la saignée après énucléation et au déshabillage. La peau était retournée poils en dedans et tendue par une branche fraiche et souple puis pendue à l’air pour séchage. La cage était aussitôt occupée par un lapereau d’une nouvelle portée issue d’une « bonne mère »: elle, plus longtemps conservée. En dehors de notre grand-père, il y avait un autre préposé à l’abattage, un polonais appelé P…, en location dans la maison primitive de la famille, dite de «Caderat». Elle était dotée d’une grande «remise» que l’occupant avait transformé en un espace digne de la caverne d’Ali Baba : pattes de lapin accrochées aux murs qui côtoyaient les peaux pendues, les vieux vélos, les vieux pneus, toutes formes de ferrailles. Il y avait aussi l’herbe coupée fraiche à faire sécher, les épluchures de légumes,  la paille neuve  et celle usagée et bien sûr, ici aussi des lapins. Tout cela formait dans une vision enfantine un monde éclectique plein de merveilleux et d’insolite.

clap

Le clapier « personnalisé »

Chaque semaine on voyait les «habits» des lapins ramassés et entassés par le «pati» du village. Il circulait avec son vélo et sa charrette dans les rues à grand renfort de clochettes et d’invitations vocales:  «pôdlapein…ding ….pôdlapein…ding…ding». Il se disait qu’il les emmenait ensuite du côté de Sainte-Foy-l’Argentière pour les mettre au train à destination des coupeurs de poils. En retour on voyait régulièrement des camions, venus d’on ne sait où,  remplis de ces sacs de poils ( traités et secrétés) circuler en ville, croiser les camions de coke et rentrer dans les usines pour vider leurs chargements.

Ainsi dans les cours de ces chapelleries régnait une activité de ruche avec tous ces ouvriers qui rentraient le coke, sortaient le mâchefer, rentraient le poil, sortaient les chapeaux dans leurs cartons, tout cela avec en toile de fond ces immenses verrières, tels des rayons verticaux à cellules rectangulaires, derrière lesquelles s’activaient chapeliers et chapelières. En sortaient par le haut et le bas: vapeurs d’eau, bruits de machines,  mélodies d’un poste TSF ou chants d’ouvriers… car on dit que dans ces ateliers, on y était heureux et joyeux et on le montrait!.

Il ne faut pas oublier dans ces souvenirs les impressionnantes chaudières qui engloutissaient des tonnes de coke monté de Saint-Etienne pour fabriquer la vapeur d’eau. Elles étaient alimentées par des hommes aux mains calleuses, véritables moules de leurs manches de pelle. Elles obscurcissaient le ciel avec leurs cheminées associées qui crachaient des panaches noirs et gris aux tons variés. Au sol, les montagnes de mâchefer encore fumant, résidu de la combustion, à l’odeur fade, attestaient de la quantité d’énergie déployée. Il attendait de refroidir puis de partir pour un recyclage dans la construction de maisons pour remplacer le sable ou dans le remblayage en voirie.

A14 Chaudières Production Vapeur

Les chaudières chez Fléchet

Comme on peut le faire aujourd’hui au Musée du Chapeau, petits, on visitait les ateliers où l’on fabriquait le chapeau. C’étaient ceux du pesage, ceux du soufflage où le poil le plus fin et le plus léger, le plus apte à faire un bon feutre était récupéré. Malgré les gros aspirateurs aériens, on respirait la matière. Le poil sélectionné déjà «secrété» ailleurs avec des sels de mercure était ensuite projeté sur une cloche métallique perforée recouverte d’une toile qui tournait à vive allure dans une atmosphère de vapeur d’eau impressionnante. C’était le bastissage. Les poils se collaient les uns aux autres. Une première grande cloche très fragile était formée. Venaient alors le semoussage et le foulage qui consistaientt à favoriser le feutrage permettant de passer du grand cône de poils agglutinés à la petite cloche de feutre par rétrécissement progressif sous l’effet de la chaleur, de la vapeur, des pliages successifs, des maniques avec l’aide d’un peu d’acide. On voyait au bord de la verrière de l’atelier de foulage ces pots de verre qui contenaient «la chimie». Il y avait aussi les fouleuses mécaniques aux rouleaux brillants multiples qui avalaient les cônes qui se feutraient et les éjectaient sans arrêt.  La cloche de teinte grisâtre, beigeâtre ou blanchâtre passait alors à la teinturerie pour une coloration sous pression avec des pigments variés. On procédait ensuite au dressage, au formage sur des formes en bois de… ( vous avez compris son omniprésence )….tilleul aux propriétés parfaites pour sa résistance à l’eau et la chaleur, sa facilité au travail d’ébéniste mais aussi sur des presses hydrauliques plus rapides et bruyantes. Tout se passait dans une atmosphère de «cocotte-minute». Le chapeau ainsi formé était mis à sécher.  Il était alors fini au papier de verre, à la brosse métallique ou à la peau de chien de mer pour lui donner un toucher extérieur varié : ras, flamand ou taupé. Ensuite il était bichonné au fer à vapeur pour lui apporter son aspect et ses plis définitifs. Enfin il passait au garnissage, une travail tout féminin, recevait un tour intérieur de cuir qui comportait la marque en lettres dorées et la dimension et pour garder la taille, un ruban extérieur pour marquer la base de la calotte, souvent une garniture intérieure de rayonne ou de soie, parfois un ruban de reps cousu au bord extérieur  et finalement les étiquettes de marque. A ce stade, il partait aux ateliers de livraison pour sa mise en carton ou emballé selon la qualité de la finition et aux fins de livraison.

Voilà ce que l’on voyait dans ces usines qui faisaient la fierté du village.

Quoi de plus impressionnant, enfin , quand on est petit, de finir par la visite d’un « show-room » de l’époque dans les usines Fléchet où étaient exposés, dans des vitrines aux formes merveilleuses et faites d’un bois que l‘on voyait très précieux, les chapeaux les plus divers, les plus exotiques, les plus imaginatifs, évoquant le far-West et ses cow-boys, l’Amérique et ses Bogart, le clergé et ses chanoines, l’armée et ses képis, l’Italie et ses Borsalino…puis de rentrer dans le bureau du «boss», copain du grand-père.

A11 Salle Expo

La salle d’exposition chez Fléchet

Pendant que les amis se racontent leurs histoires d’adultes, l’enfant pense alors à ces Fédora, Panama, Indiana et autres noms rencontrés dans la galerie qui invitent aux grands voyages. On est au cœur d’un monde dont Chazelles est la capitale.

PAPAFARLO

Ce texte ne veut en aucun cas expliquer la fabrication du chapeau. Tel n’est pas le bût de l’essai. Les erreurs dans sa présentation sont donc possibles voire probables : il ne s’agit que de souvenirs d’enfance. Pour une bonne explication de la création de cet accessoire, suivre ce lien.

[1] Extraordinaire : ce liquide solide avec lequel nous jouions à mains nues pour fabriquer au gré des jeux des petites billes que l’on rapprochait pour en faire des grosses ! Le spectacle le plus étonnant restait la chute d’une grosse boule de mercure au sol : à l’arrivée elle éclatait en une gerbe de toutes petites perles qui roulaient de partout, rentraient dans les raies de plancher, les coins de pièce les plus inattendus. Il fallait ensuite partir avec une première perle et une allumette, la pousser vers une autre pour en former une plus grosse et ainsi de suite, récupérer de la sorte toute la précieuse substance dans un bocal en verre. Jeu impensable aujourd’hui où le mercure est banni ! Curieux ces souvenirs: quand on sait que le mercure était règlementé dans l’industrie depuis déjà quelques années, semble-t-il.

[2] Liste non exhaustive, bien entendu !