Une photo ancienne, très rare, de Chazelles avant la première guerre mondiale et la création du jardin public dans l’enclos du presbytère  nous amène à revenir sur le terme d’asile que l’on employait autrefois s’agissant d’enfants. Nos parents avaient été à l’asile, ils y mettaient aussi leurs enfants.

ecole 1900a

Photo d’époque (collection R. Pupier)

Nous voyons sur ce cliché le bâtiment qui abritait les «anciennes salles de l’asile public» appelé l’École de l’Asile sur la carte postale ci-dessous. Les murs de l’enclos du presbytère sont visibles sur la gauche de la photo. Un magnifique réverbère avec bec à gaz prend attache au mur. L’éclairage urbain se fait avec du gaz de houille à partir de l’usine Descours et Limouzin ouverte en 1876 en même temps que la gare de Viricelles sur la ligne Lyon Saint Paul-Montbrison. Elle était grosso modo à l’emplacement de la MJC actuelle. L’éclairage électrique arrive en 1908.

Les modifications du bâtiment pour recevoir le théâtre municipal n’ont pas commencé.

ecol

CP collection Chazelles Histoire.

Ce terme désignait primitivement des petites structures locales destinées à recevoir pendant la journée les enfants des femmes qui travaillaient mais qui n’avaient pas les moyens de se payer une employée de maison. C’étaient généralement des institutions charitables qui ouvraient ces garderies. Elles ont commencé à être généralisées en France à partir de 1801 suivant l’exemple du Pasteur Jean Frédéric Oberlin dans les Vosges. Elles avaient le double but de protéger l’enfant des méfaits de la rue et de commencer un enseignement sommaire. Ces « crèches » ont petit à petit revêtu un statut officiel devenant les écoles maternelles que l’on connait aujourd’hui. C’est en effet en 1881 qu’on a donné le nom d’écoles maternelles aux établissements qui avaient été désignés jusqu’alors sous celui de salles d’asile. Ces structures vont dès lors relever d’un programme ministériel national.

« Il tombe sous le sens que ce programme s’applique à tous les enfants de deux à six ans, quel que soit l’établissement scolaire qu’ils fréquentent. » dit le ministre.

On y enseigne : 

  • les premiers principes d’éducation morale
  • les connaissances sur les objets usuels
  • les premiers éléments du dessin, de l’écriture et de la lecture
  • les exercices de langage l
  • les notions d’histoire naturelle et de géographie
  • les récits sur les grands faits de l’histoire nationale, sur les leçons de choses accompagnés d’exercices manuels, de chant et de gymnastique.

étant admis que :

« En jouant avec ses camarades, en mangeant et en travaillant à côté d’eux, il apprend à vivre en société, sa conscience s’éveille, les premiers principes de morale lui sont révélés. Sans entendre jamais une leçon de morale, il comprend peu à peu qu’il ne doit être ni accapareur, ni brutal, ni égoïste, ni indolent ; qu’il doit aimer ses parents, ses maîtres, et leur obéir. Jour après jour, il s’élèvera à la générosité et à la douceur, à l’amour du travail, à la confraternité, à la bonté. Il doit savoir cela avant de savoir lire et écrire ; mais il ne peut l’apprendre qu’autant que son développement physique le lui permet. »

Le terme d’asile a été conservé dans le langage populaire pendant encore de nombreuses décennies. Vous trouvez encore beaucoup de chazellois qui sont allés à « l’asile » : celui privé des sœurs sur le Boulevard du Nord ou celui laïc, comme par hasard situé Boulevard du…Sud (Etienne Peronnet), position qui permettait de renforcer presque naturellement tout ce qui opposait ces structures dans le paysage très contrasté du Chazelles de l’époque.

Les reproductions de l’Asile en carte postale classique sont sur Chazelles-Histoire

Pour les cartophilistes, il faut noter que des mêmes cartes postales de l’époque, que l’on situe à la sortie de la 1° guerre mondiale, possèdent deux légendes:

  • l’Ecole de l’Asile
  • le théâtre municipal

Ce dernier a été ouvert dans le Bâtiment de l’Ecole Maternelle en  1911 où eurent lieu les premières représentations musicales et théâtrales de l’Amicale Laïque. Le changement de la partie supérieure de la façade est en rapport avec cet aménagement.

thea1