Un clin d’oeil au billet Saint-Ex de 50 francs. Il est où le temps où l’on faisait le plein avec le billet bleu?

Préambule.

Si Antoine de Saint-Exupéry avait différé de trois semaines son vol de reconnaissance sur les Alpes, il ne serait peut-être pas mort en avion. Nous allons voir pourquoi Chazelles intervient dans cette histoire. Il avait déjà plusieurs fois échappé à cette issue fatale et notamment avait pu rejoindre ses bases après un vol de reconnaissance sur Marseille en juin 1944. Ce raid avait tourné court puisqu’un des moteurs de l’avion était tombé en panne. C’est une autre raison de sa disparition : voulait-il à l’issue de ce qui sera sa dernière sortie, compléter cette mission  avortée ? Il détourne en effet son vol retour des Alpes pour la Corse passant sur Hyères en allant vers Toulon et Marseille.

Selon de nombreuses recherches dont on peut trouver les résultats dans ce document PDF et qui semblent faire suite à des enquêtes rigoureuses déclenchées à la suite de la découverte par un pécheur d’un effet ayant probablement appartenu à Antoine de Saint Exupéry au large de Marseille vers l’archipel de Riou, en face du massif des Calanques, on sait désormais comment ce célèbre aviateur a disparu. En effet, le 7 septembre 1998 Jean-Claude Bianco, à bord de son chalutier l »Horizon, ramène dans ses filets une gourmette en argent sur laquelle le nom du pilote est gravé. Cela fait plus de 60 ans que l’on cherchait de tels  indices pour un homme  que l’on savait disparu en avion depuis le 31 juillet 1944. L’épave probable de l’aéronef est retrouvée par la suite en Mai 2000 puis finalement authentifiée quatre ans plus tard.

Que sait-on désormais ?

http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3A4th_Reconnaissance_Squadron_F-5_Lightning_1945.jpg

http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3A4th_Reconnaissance_Squadron_F-5_Lightning_1945.jpg

Antoine de Saint Exupéry était parti de l’aérodrome de Bastia-Borgo en Corse ce dernier jour du mois de juillet en début de journée pour un vol de reconnaissance sur la vallée du Rhône et les Alpes savoyardes à bord d’un appareil américain de type Lightning F-5B. Vers 11h00 la station radar Falter allemande de Chazelles-sur-Lyon alerte la chasse de Lyon – Bron et d »Aix-les-Milles car elle a repéré un appareil isolé qui effectue des va-et-vient à haute altitude au-dessus d’Annecy et Grenoble. Il est aussi visuellement repéré au-dessus de Grenoble et plus tard vers Castellane. Il disparait des écrans au niveau de Draguignan. Un appareil allemand de type Messerschmitt décolle alors de Marignane vers 11h30  pour rechercher une activité aérienne ennemie entre Marseille et Toulon et le pilote aperçoit 5 minutes plus tard un Lightning qui vole à basse altitude en direction de Marseille. Il abat l’appareil vers 11h45, lequel s’écrase en mer. Le pilote allemand informe aussitôt par radio ses supérieurs de cette issue (la communication radio  aurait été captée par les américains). Antoine de Saint-Exupéry disparait en mer avec son avion.

Et alors ?

Wuerzburg radar

Wuerzburg radar

 

Freya radar

Freya radar

Vingt jours plus tard, le 21 aôut 1944 au petit matin, tout Chazelles ayant été prévenu afin de laisser les fenêtres ouvertes, et sur ordre des autorités allemandes après que la garnison stationnée à Saint-Etienne se soit regroupée à Lyon, le lieutenant Wolfgang Reiff, qui commande à la Quinardière, un lieu-dit de Chazelles, la 15° compagnie de la division aérienne allemande fixée à Avignon, fait sauter la base radar qu’il dirige et qui contrôle la circulation aérienne sur les Alpes et la vallée du Rhône. Après avoir détruit tout le matériel, il rejoint Lyon  mais est accroché par les troupes de la Résistance à Saint Martin en Haut. Il peut néammoins rejoindre le gros de l’armée allemande mais en laissant de nombreux morts.

C’est cette base qui a repéré et averti le 31 juillet les autorités militaires compétentes de la présence de l’avion de Saint-Exupéry sur Grenoble Annecy et finalement Draguignan, déclenchant le départ depuis Marignane de la chasse allemande qui l’a abattu. Mais pourquoi avait-il changé sa route pour Marseille au lieu de filer sur la Corse ?

Vous trouverez de nombreux détails sur la base de la Quinardière en suivant les liens ci-dessous :

Un extrait de mon carnet de bord chazellois (B. Capo)

La Quinardière et la base radar allemande. (en réparation)