Archives

LES CATEGORIES

LES INDUSTRIES
De Caderat à Parmentier.

De Caderat à Parmentier.

Caderat n’était pas un  “farlot” disparu auquel on a attribué “post-mortem” une rue en raison de son passé au service des citoyens. C’était autrefois un lieu-dit situé en dehors de la ville au-delà de la tour qui fermait l’impasse de Versailles en face de la rue Désirée. Cet endroit s’appelait d’ailleurs Grange Caderat. Des vieux...
Une brève histoire des Etablissements Morreton.

Une brève histoire des Etablissements Morreton.

Au XVII° siècle et en  1675,  on trouve un Claude Moretton (avec deux t) qui est artisan chapelier, il décède en 1693.  Au siècle suivant, c’est un Etienne Moreton (avec un r et un t) qui est aussi artisan chapelier (1729-1823). Mais l’histoire industrielle de la famille Morreton (à l’orthographe définitivement fixée : deux r et...
DES CHAPEAUX PROVOT AUX BOUGIES D'ALLUMAGE KLG

DES CHAPEAUX PROVOT AUX BOUGIES D’ALLUMAGE KLG

Ainsi que promis nous vous offrons une solution à la venue d’un breton Louis Coatalen à Chazelles-sur-Lyon pour mettre en place la fabrication de bougies d’allumage pour les automobiles. Elle est certes fragile mais tient cependant sur des témoignages familiaux fiables. Souhaitons que nos hypothèses soient confirmées par une future biographie en passe d’être publiée...
CASTELLUM SUPRA LEONEM. SUR QUOI VIVONS-NOUS ?

CASTELLUM SUPRA LEONEM. SUR QUOI VIVONS-NOUS ?

  “Castellum supra leonem” : un château sur un lion. Telle est la devise de la ville. Il fallait donc que les anciens sachent qu’il y avait du solide sous ces tours de pierre aujourd’hui presque totalement disparues. Parmi les plus vieille maisons de Chazelles, celles que l’on trouve autour de la cour du château...
LOUIS COATALEN, UN BRETON QUI A CRÉÉ KLG À CHAZELLES

LOUIS COATALEN, UN BRETON QUI A CRÉÉ KLG À CHAZELLES

Louis Coatalen est un breton né en 1879 à Concarneau. Il fait des études secondaires à Brest puis  celles d’ingénieur à Cluny: c’est un gadzarts de la promotion 1895 qui commence à travailler en 1899 d’abord chez Panhard et Levassor puis Clément-Bayard et ensuite De Dion-Bouton. En 1901, il part pour l’Angleterre, chez l’automobiliste Humber...
error: Demandez à phiaac42140@gmail.com Merci.